La Commune

LA ROCHE EN BRENIL

 

La Roche en Brenil est un joli petit village qui se présente sous la forme d'un bourg. La Roche fait partie du Parc du Morvan.  Ce coin du Morvan,  avec ses forêts, ses étangs et ses pierres légendaires, fit naître dans l'imagination primitive de ses habitants, mille et une légendes . La Roche en Brenil, que nous traversions par la mythique Nationale 6 sur laquelle se croisaient des camions de bois et voitures encombrées

 


Poron Meurger        

 

l                                                                                                       La Beufnie

 

Des légendes circulaient dans la localité,notamment à Vernon, à Bierre en Morvan, à l'étang de Cassin.

La nature a prodigué ses trésors dans les bois profonds, et à  chaque détour des chemins de notre commune, tout au long des ruisseaux et des cascades abondent les étangs. Les étangs qui  barrent le cour de l'Argentalet, Cassin, Matrot, Villerin, broyaient autrefois le froment. Vaudin et Tournesac, servaient tous les deux au flottage du bois qui ravitaillait Paris.

 

      Etang de Villerin                                                            Etang de Vaudin

 

Patrimoine :

Le Château : construit au XIV siècle, en remplacement d'un vieux fortin dont il ne reste plus rien, et qui s'étendait non loin de l'emplacement de la construction actuelle. Il appartient successivement aux barons de Montpéroux, à la famille de Dyo, puis à celle  de Montalembert qui l'acquit en 1841, Charles de Montalembert, le célèbre orateur du XIX siècle, en  fit une de ses résidences et ses descendants l'occupent toujours.

 

L'église St Alban : date du XIII siècle, style ogival très rustique,Jean II de Crépy aurait été inhumé dans la chapelle de son manoir,  le château de Crépy. A sa démolition, en 1682 la pierre  tombale fut transportée dans l'église St Alban. Cette tombe est classée monument historique depuis le 24 février 1910.

eglise4

 

Touristes qui passez, sur la D 906, arrêtez vous, prenez les chemins de la campagne ou, champs, bois, étangs, cascades, Menhirs, attendent votre visite.

La Roche de nos jours avec 937 habitants, et une population qui s'accroît, des entreprises réputées, des commerces, et artisans qui travaillent et vivent sur le vaste territoire de la commune. Altitude      423 m, deuxième commune du département par sa superficie (5085 ha), occupe une position privilégiée se situant à la fois sur la D 906 (ancienne RN 6) et à l'entrée du Parc Naturel Régional du Morvan

La Roche en Brenil était autrefois appelée ROCA DE BRUNUM terme ancien en rapport avec l'aspect boisé de la commune.

Vie sociale :5 classes dont une maternelle - cantine - périscolaire - centre de loisirs

Milieu associatif : 

Associations sportives : foot - moto cross - vtt- gymnastique - plongée

Association diverses : culture - loisirs - détente - chasse

Une salle des Fêtes

Economie:  Industrie du bois, activités agricoles, marbriers, artisanat, activités commerciales, restauration...(supérette, boucherie, boulangerie, pâtisserie, salon de thé, bar, restaurants, fleiristes, coiffeur, gîte, chambre d'hôtes,garage, station lavage, station service, brocante, ferronnier-chaudronnier, maçon, couvreur, plombier,chauffagiste, marbriers, cheminées, combustibles, fuel, scieries, entreprises forestières, agriculteurs)

Loisirs :  Les sportifs qu'ils soient à pied, à cheval,ou à VTT,y trouvent quelques sentiers balisés.Les pêcheurs y voient leur paradis  (rivières ou étangs). La Roche est animée par de nombreuses associations qui offrent à chacun selon son âge et ses goûts, des possibilités d'activités de détente,etc...

La commune de La Roche en Brenil est faite de collines vertes à perte de vue, de forêts profondes, d'étangs. Les hameaux environ un vingtaine,s'éparpillent, derrière les haies, au bout des chemins Il en est ainsi du Morvan

 

 

BIERRE EN MORVAN

 

 Avec ses 90 habitants dont 12 en résidences secondaires, Bierre en Morvan s'appelait autrefois Bierre l'Egarée car une légende circulait dans le hameau : "Qui boit l'eau de la fontaine St Anne devient fou"

C'est sans doute parce que quelques familles simples d'esprit buvaient de cette eau. Pourtant, la fontaine  St Anne presque cachée au fond du village, près du lavoir offre un aspect bien innocent.                              Enfermée dans un petit abri de pierre ou se creuse la niche de la statue de la Sainte, elle alimente les animaux et même les habitants qui ont oublié ces vieilles  superstitions. C'est  à peine s'ils se souviennent que la statuette fut offerte  avec ferveur par une femme qui désirant un enfant, vit son vœu exaucé par la naissance d'une fille Annette.

La dernière chapelle entretenue et restaurée se situe à Bierre en Morvan. Une fois par mois un office y est donné


 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bierre en Morvan vu d'avion 

 

VERNON                             

 

 Dans les bois, au nord du hameau, s'élevait un  château médiéval dont il ne reste que quelques ruines.      Autrefois, une légende circulait dans la localité concernant une vouivre.En effet, dans le puits, aujourd'hui comblé de ce qui fût le château de Vernon , vivait "une vouivre" sorte de serpent fantastique, voleur d'enfants.                                                                                                                                                           Le jour de la fête Dieu,une femme cueillait de l'herbe, non loin du puits. Elle vit soudain briller dans l'herbe quantité de pièces d'argent. Elle ramassa bien vite cette fortune inespérée et s'empressa de l'emporter dans son logis. Puis elle s'en revint chercher son enfant. Hélas ! il avait disparu ! Le curé consulté, lui conseilla de reporter le trésor, au même endroit, l'année suivante, le jour de la fête Dieu. Elle suivi l'avis du prêtre et retrouva son enfant grandi et en bonne santé.

Actuellement Vernon compte 64 habitants dont 9 en résidences secondaires.

 

ROMENEAU

 

Avec ses  64  habitants dont 11 en résidences secondaires, Romeneau,  aujourd'hui ne perd pas en population, bien au contraire ce petit hameau se repeuple .

En bas de Romeneau, sur le ruisseau de l'Argentalet, dans un vallon perdu, s'étend le mystérieur étang de Cassin sur lequel on raconte d'étranges histoires. On aurait trouvé des pendus dans le moulin ; et chacun pense que ce lieu porterait malheur à tous ses propriétaires devenus fous ou morts tragiquement. Nul n'ose s'y baigner et encore moins s'y hasarder la nuit de peur d'y voir l'eau devenir rouge, ou apparaître le gigantesque fantôme qui hanterait ces lieux sinistres.                                                Heureusement, la légende de Gargantua vient apporter une note plus amusante Ce personnage venait fréquemment au moulin et y mangeait la soupe de douze personnes et vingt livres de pain. Un jour, il aida le meunier Jean Baudry à sortir son ânes de ses excréments.

Il faut savoir qu' à Matrot, et Cassin on y broyait autrefois le froment. 

 

Étang de Matro                                                                       Romeneau vu d'avion

 

CHENESSAINT

 

Avec ses 50 habitants dont 6 en résidences secondaires.

L'étang de Tournesac dont la superficie est d'environ 7 hectares à été mis en eau après le XVIII siècle, et servait autrefois au flottage du bois qui ravitaillait Paris.

Sur le chemin allant du haut de La Roche à Chênessaint , se trouvait pour passer la rivière, un simple madrier de bois (les charrettes passaient le gué). Cette planche était appelée planche LOISIER, du nom sans doute de celui qui l'avait posée et qui, par déformation, au fil du temps et par le patois, est devenue la Planche à Lougie. En 1927, la municipalité a fait procéder à un sur chargement du chemin et à la construction d'un pont pour éviter les débordements en hiver et faciliter le passage des attelages, mais le nom de Planche à Lougie est resté. 

 

L'étang de Tournesac

 

LAVERNOIE

  Hameau de 31 habitants dont 18 en résidences secondaires

 

BOULOY

  Hameau de 55 habitants dont 21 en résidences secondaires

 

CREPY

 

Le Chêne Saint Charles arbre planté par la famille de Montalembert

 

 

 

 Le chêne symbole de puissance est censé soutenir le ciel.

Tout ce qu pousse sur le chêne, le gui en particulier, est signe divin.
On se rend sous cet arbre à un date fixe, le 6ème jour quand la lune est ascendante.                                  Le gui donne la fertilité

Il a environ 350 ans,son tour de taille 377cms. Pour estimer sa hauteur, il faut se rendre sur place, le mode de calcul vous est expliqué

(tous ses renseignements ont été pris sur la plaque qui se trouve au pied de l'arbre).

 

MONTMILIEN

Un nom issu, sans doute à l'origine du celte "Médiolanon" latinisé e, "Médiolanum" ce terme donné à de nombreuses oppidas celtes évoque "le centre d'un territoire,d'une plaine ou autre". Lehameau est traversé par une seule petite route mais relié par de nombreux chemins ou pistes aux autre hameaux ou villages environnants, Crépy,Boulois,Romeneau,Saint Didier,Teureaux de Mâche, Vaudin etc

Entre forêts et champs, le hameau se niche sur une petite hauteur et regroupe une vingtaine de maisons, pour la plupart d'anciennes fermes en pierre de granit, et aussi deux maisons récentes en bois. les habitants, une quarantaine se répartissent exactement par moitié entre résidents permanents et habitants de résidences secondaires. La majorité des habitants est retraitée, 60 % de l'ensemble.

 

montmillien petit pont mare montmillien

 

Pont en bas du hameau qui enjambe le Tournesac            Petite mare du hameau        

 

 

CHAMPAGNE

 

Champagne , petit hameau de 22 habitants,a l'avantage d'être près du bourg. L'étang de  Tournesac dont  la superficie est d'environ 7 hectares a été mis en eau après le XVIIIe siècle, et servait autrefois  au flottage du bois qui ravitaillait Paris.

Au hameau de Champagne,la mémoire locale indique un four banal disparu et non localisé. L'emplacement  au croisement de chemins et dans les champs ne dévoile aucun vestige. Jusqu'à la révolution, la population devait faire cuir son pain dans le four banal du seigneur moyennant une redevance 



 

EMAGNIE

 

POTHENEE

Hameau de La Roche en Brenil 47 habitants dont 20 % de population active.
accès soit par la D 970, la D 15b ou le chemin communal C11

Un site exceptionnel sur l'étang de Villerin un paysage plein de charme en toute saison 

Autrefois, l'étang alimentait un moulin qui broyait du froment

 

   

 Etang de Villerin

 

LES BRUYÈRES DE VALLERE

Hameau de 5 habitants dont 4 en résidence secondaires

 

LE CROSSAINT

 

CHAMONT

Hameau de 83 habitants dont 18 en résidences secondaires

 

CLERMONT

Avec ses  21  habitants, dont 4 en résidence secondaire, Clermont détenait au XVII° siècle, une chapelle détruite à la ruine, elle fut rétablie par Philibert BORNET en 1778 puis abandonnée et détruite à la révolution. La mémoire locale la situe sur la rive gauche de l'Argentalet au pied du pont et son emplacement est encore visible.

 

 

LES TEUREAUX DE MÂCHE

L'étang de Vaudin, une légende  dit qu'une vouivre hanterait l'étang si l'on s'asseoit un moment sur les rocs de l'étang on se sent attiré par les eaux profondes.

Sur le chemin des grands bois, se trouve un pont appelé  "le Pont Vocette"  qui fut construit vers 1870 par un ouvrier nommé COLAS mais connu dans le langage populaire sous le sobriquet de VOCETTE . Cette appellation, qui d'ailleurs ne lui plaisait pas, a donné son nom au "Pont Vocette"

Aujourd'hui Les Teureaux de Mâche compte 27 résidents dont 2 en résidence secondaire

 

 

 Étang de Vaudin

 

 

LA CROISÉE

 

LE POTEAU

 Pourquoi ce nom ?                                                                                                                                            Suite à la pose d'un  poteau indicateur posé sur la route de Dijon au croisement  de celle-ci avec la route de Semur à la Nièvre, la ferme qui se trouvait à cet endroit était nommée "la ferme du poteau" 

MONTCHAILLON

La forêt de Montchaillon superficie de 247 hectares, alimentait la scierie près de la gare. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les informations contenues dans cette page ont été

 - soit trouvées dans le  livre de M. Perrotin

 - soit transmises par des personnes connaissant bien leur hameau

 - soit trouvées  sur internet